Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Rédigé le27 novembre 2020 -Actualisé le22 janvier 2021

Les élèves qui ont intégré l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) il y a quelques semaines vont effectuer un cursus ingénieur totalement renouvelé.

Répondre aux attentes et besoins des entreprises du Génie urbain

L’EIVP a organisé des ateliers thématiques[1] réunissant un large panel d’acteurs : professionnels des secteurs publics et privés, alumni et la Ville de Paris, tutelle de l’Ecole. Recruteurs ou en interaction régulière avec des ingénieurs en génie urbain, ils ont apporté leur éclairage sur les grands axes de travail permettant de dessiner les contours des compétences attendues des futurs ingénieur.e.s.

Pour Clémence de LAIGUE, Directrice de l’enseignement de l’EIVP : « Cette concertation a mis en évidence des tendances fortes, incontournables dans la formation des élèves : l’évolution des technologies et la part croissante du numérique, l’importance du savoir-être pour mener à bien les projets avec différents interlocuteurs et la nécessité d’innover pour faire face aux enjeux environnementaux et sociétaux. Les qualités fondamentales des diplômé.e.s de l’EIVP ont été reconnues et peuvent être encore développées : l’approche pluridisciplinaire, la résilience et l’agilité dans le travail en mode projet font de nos élèves des recrues convoitées ».

Former l’ingénieur.e des villes de demain

Avec le nouveau programme, l’ambition est de préparer au mieux les élèves au monde professionnel et aux problématiques sociétales et environnementales auxquelles ils devront faire face.

Le projet, désigné comme moment d’apprentissage intense, transversal et transformant par les élèves et alumni, a été renforcé. Chaque semestre est articulé autour d’un projet au sein duquel les étudiant.e.s doivent répondre concrètement à des problématiques actuelles ou prospectives d’environnement, de construction, de gestion de données urbaines, d’aménagement ou de métabolisme de la ville. Une équipe d’experts et d’opérationnels les guide afin de mobiliser leurs compétences scientifiques et techniques tout en s’adaptant aux exigences du monde professionnel et de la société. Les projets servent également de support à des enseignements transversaux : compétences relationnelles, communication, méthodes et outils de l’ingénieur.

Les élèves doivent acquérir les compétences techniques, juridiques et financières des acteurs au cœur de la fabrique de la Ville et de sa gestion : maître d'ouvrage, maître d'œuvre, entreprise de travaux, exploitant. Le positionnement des parties prenantes, comme le dialogue avec les usagers et les élus est aussi abordé au travers de jeux de rôles à différents moments de la scolarité, notamment dans l’enseignement "Commande publique et jeux d'acteurs".

Au-delà des compétences techniques et relationnelles, les élèves sont invités à se questionner sur les enjeux éthiques et environnementaux, en tant qu’acteurs de ce monde. Ainsi, dès la rentrée, une semaine d’innovation collaborative portant sur le devenir des villes les amène à se projeter dans leurs futurs possibles d’ingénieur.e.s en génie urbain. Puis, tout au long de la scolarité, des conférences inaugurales et des enseignements d’ouverture tels qu’« Enjeux écologiques et Ville vivante », « Formes urbaines et société », « Enjeux de la mobilité et des transports » font intervenir des experts emblématiques apportant leurs éclairages variés et leur réflexion prospective. Ces enseignements permettent aux élèves de développer une vision nuancée et systémique de sujets complexes tels que la construction de la ville sur la ville, le devenir des mobilités, ou la gestion des ressources naturelles.

De nouveaux champs sont explorés ou ont été renforcés dans l’offre d’enseignement tels que la gestion des data, les nouvelles technologies, la maîtrise d’usage, la co-production de projet, le BIM, la construction durable.

Dans la pédagogie, les exigences classiques d’une excellence technique, académique et professionnelle ont été réaffirmées. L’engagement résolu de l’Ecole en faveur d’apprentissages actifs et de l’initiation aux méthodes de travail en intelligence collective et innovation vise à renforcer la résilience des futur.e.s ingénieur.e.s de l’EIVP et à les préparer à répondre avec agilité aux défis de la ville de demain.


[1] Les entreprises ayant participé aux tables rondes sont citées sur : https://youtu.be/faWzY6SJj1g