Aller au contenu principal Aller au menu Aller à la recherche

Rédigé le 20 novembre 2017 - Actualisé le 30 mars 2018

LE MOT DU DIRECTEUR SCIENTIFIQUE

L’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) est aujourd’hui, par la qualité de sa production scientifique, son ancrage dans la communauté d’universités et établissements Université Paris-Est (ComUE UPE) et son appartenance au Lab’Urba, à Efficacity et à Advancity, un acteur principal de la recherche en génie urbain. Son identité repose sur la pratique de l’interdisciplinarité en se positionnant à l’interface des disciplines des sciences pour l’ingénieur et des sciences réflexives sur le monde urbain.

L'EIVP est associée à l'École des Ponts ParisTech, depuis 2009, association renouvelée en 2015 (Décret n°2017-1157 du 10 juillet 2017). Ce rapprochement est un atout majeur pour le développement de la recherche à l'EIVP. Le conseil scientifique de l'École des Ponts est commun aux deux écoles depuis 2013. Ce conseil est composé de personnalités extérieures reconnues dans leurs champs disciplinaires et apporte un regard pertinent sur l’orientation stratégique de la recherche de l'EIVP et son organisation.

 

La quatrième édition du bilan de la recherche à l’EIVP (en téléchargement ci-contre), couvrant la période de 2015 à 2016, est l’occasion de présenter les réalisations les plus emblématiques de la recherche menée au sein de l’Ecole, tutelle du Lab’Urba, laboratoire commun UPEC (Université Paris-Est Créteil), UPEM (Université Paris –Est Marne-la-Vallée), EIVP, depuis le 1er janvier 2015.
Malgré une taille très modeste de l’équipe des enseignants-chercheurs, l’aptitude à construire des axes scientifiques originaux en enclenchant une dynamique de production collective visible (séminaires, colloques, publications) et à attirer des candidatures en doctorat d’un excellent niveau scientifique au regard des thèses soutenues a été prouvée.

 

La recherche à l'EIVP tente de répondre aux besoins des praticiens qui font la ville d'aujourd'hui et de demain. Pour cela, l'Ecole a décidé d'orienter sa recherche autour de quatre axes qui s’articulent autour du génie urbain refondé :

  • "Résilience urbaine et son ingénierie",
  • "Energie en ville et climat urbain",
  • "Aménagement urbain opérationnel et espaces publics",
  • "Systèmes urbains numériques".

 

Le génie urbain refondé

Les villes et leurs infrastructures sont conçues comme des systèmes complexes, évolutifs et interconnectés. La pratique du génie urbain doit se doter d’outils et de méthodes transdisciplinaires et innovants pour répondre aux défis techniques, sociaux et environnementaux. Face aux exigences environnementales, à l’évolution des besoins des citoyens et à l’avènement du numérique, la gestion de la ville est appelée à s’adapter et à se renouveler en permanence.
Le génie urbain refondé se différencie de celui préconisé au siècle dernier qui se définissait comme l’art de concevoir, de construire ou de gérer les réseaux. Il existe désormais une approche globale de la ville qui cherche à améliorer l’efficacité et la productivité des aménagements et des services urbains qu’ils soient en réseaux ou non. Les notions de créativité et d’innovation prennent tout leur sens dans cette nouvelle approche pour aider les villes à intégrer les enjeux du développement durable.


Les deux éléments fondateurs de la doctrine scientifique de ce nouveau génie urbain sont le décloisonnement et la complexité. Le génie urbain refondé s’intéresse aux aspects techniques de la ville pour analyser les phénomènes urbains (jeux d’acteurs, usages, formes, etc.) et les enjeux urbains (métropolisation, risques urbains, transition énergétique, ségrégation spatiale, etc.). Ce positionnement apporte une réponse aux mutations et évolutions des villes qui sont confrontées à de nouveaux défis, et présente trois caractéristiques :

  • une approche systémique : les systèmes urbains sont hautement organisés, comprenant plusieurs niveaux d’observation, d’analyse et de synthèse (échelles micro/méso/macro) dont les structures et les fonctions émergent d’interactions compétitives et coopératives entre un très grand nombre d’unités élémentaires;
  • une approche interdisciplinaire : les approches croisées entre les différentes composantes du milieu urbain sont complexes et font appel à des méthodes originales et innovantes. La richesse qui peut naître du croisement des approches des ingénieurs, des architectes, des urbanistes et des politiques est au cœur du génie urbain refondé;
  • une approche tournée vers l’action : cette posture rejoint les préoccupations des politiques publiques locales et les débats sur les ressources, en particulier l’énergie, et l’organisation voulue des territoires métropolitains. La recherche développée a notamment pour finalité d’accompagner la décision et l’action publique métropolitaine.

Les articulations entre techniques et innovations urbaines, les enjeux des villes de demain et les jeux d’acteurs sont étudiés et mis au service de la compréhension de la complexité de projets urbains multi-échelles dont la temporalité ne correspond ni aux agendas politiques, ni au rythme de réflexion des chercheurs.

Ce rapport montre la dynamique de notre École qui a aujourd'hui toutes les cartes en main pour développer une recherche autour du génie urbain refondé et ce dans le cadre d'un projet scientifique ambitieux. Ce projet partenarial est conduit avec les membres de la ComUE UPE.

La proximité de l’EIVP avec la Ville de Paris est un atout majeur : la Ville de Paris a toujours soutenu la recherche à l'Ecole à travers des partenariats multiples. L’Ecole a ainsi ouvert la poursuite en thèse de doctorat aux élèves ingénieurs fonctionnaires de la Ville de Paris. Un ingénieur des travaux, en poste à la direction de la voirie et des déplacements, inscrit à la rentrée 2013, poursuit sa thèse au sein du Laboratoire Ville, Mobilité, Transports (LVMT). Cette collaboration s'inscrit dans la logique de coopération avec la Ville de Paris. L'équipe de recherche est ainsi engagée dans plusieurs réflexions scientifiques avec les services de la Ville de Paris que ce soit avec la mission Villes durables et intelligentes ou via la participation aux états généraux de l'économie circulaire.

Nous tenons à remercier les enseignants-chercheurs, les doctorants et les ingénieurs d'études qui ont participé à la réalisation de ce rapport et ont contribué à faire connaître nos activités de recherche auprès du grand public, mais surtout auprès de nos partenaires du monde socio-économique. Nous pensons, en particulier, aux entreprises et bureaux d'études qui se sont impliqués dans nos projets de recherche.

En parcourant ce bilan, la richesse scientifique et opérationnelle des projets de recherche réalisés est une garantie pour faire de l'EIVP une référence en recherche centre de recherche sur les métropoles et villes durables dans les prochaines années.
L'EIVP a l'ambition de devenir un vrai carrefour de la recherche, de l'innovation, de la créativité à l'échelle métropolitaine.

 

Youssef Diab
Directeur scientifique